Je me lance : 
Pour un 1er Ironman, autant le faire près de la maison et en plus à un prix raisonnable, un prix breton  . 
Préparation du matériel le vendredi. La remorque avec le matériel de camping pour 15 jours, à l'aise quoi ! 
Départ samedi 8h. pas de chance, problême de voiture, obligé de prendre la twingo. Du coup le matériel ultralight pour le camping+ le matos tri + Catherine. Bien rangé ça passe, mais on est en mode Playmobil... 
Arrivé à St Malo, le stress se fait sentir. La nuit est agitée, réveil à 3h40, je prends l'ami Ricoré comme d'hab.Je pars du camping, arrivé à 4h45 sur Zone et direct aux WC. Un poids psychologique en moins. 
5h30 le parc à vélos ouvre, au secours l'ami Pampers. On prépare le matos, je fais tout comme Marie, on voit qu'elle a du métier. 
J'enfile la tenue de combat et hop sur la plage ! 

MarieAlainAvantDepart2.jpg
Séance Photos avec François qui essaie de me faire sourire. Petite trempette des pieds, elle est bonne. 
Honneur aux femmes, puis c'est parti!!! 
La natation en mer c'est un plaisir, surtout que ça ne bouscule pas. Je suits les bonnets jaunes et hop sortie de l'eau, direction le parc à vélo. 


AlainVelo.jpg
Bonne transition et j'enfourche le vélo en espérant ne pas avoir à m'arrêter pour un besoin ou un autre. 
Rien de particulier la 1ère heure, les jambes tournent normalement, encouragements de François au rond point de la zone commerciale et des familles  
Je passe devant le camping, pas de famille à m'encourager, je les verrai peut être à St Malo. Les Supers Pouvoirs commencent à arriver, ça tourne du Feu de Dieu ! Je suis à plus de 90 en cadence, j'enlève une dent.Au bout d'un moment, je m'aperçois que l'on ne passe pas à chaque tour à St Malo, voilà la raison de leur absence, ils y sont. 
Fin du 2eme tour, j'ai remonté pas mal de monde et je tiens en position "aéro" même quand ça monte pas trop fort. 
Le camping, ce coup ci, ils y sont, ça fait du bien... 
3eme tour, toujours en pleine forme, un rose au fond, Olive B, un mec qui réfléchit, un intello quoi, il est en train de poser sa stratégie. Je m'en apercevrai plus tard, et moi, gros bourrin, j'ai le double corps en marche, sauf dans les côtes ou je temporise. 
Fin du vélo, arrivé sur St Malo, je vois Olive F, suivi de Fred commencer à courir. J'ai du faire un bon vélo... 

AlainVelo1.jpg
Dans les stands, je vois Jérémy, je change de chaussures et ... c'est reparti !!! 
Je rattrape tranquilou Jérémy qui s'arrête au ravito et direct aux WC. 
Fin du 1er tout, et première alarme, les sensations ne reviennent pas. J'ai rattrapé un peu de mon retard avec Fred et surtout Olive F que je rejoins, mais il est au plus mal. 

Mon tour ne va pas tarder, je sens que ça coince dans les côtes. Le plat, j'arrive à relancer mais j'ai mal dans les cuisses comme à Priziac. 
Je sens que la transmission est en train de lacher et le moral avec... J'ai pourtant ravitaillé à chaque poste, et de tout ! même les petits BN salés, ça me rappelle ma jeunesse. 


AlainCAP.jpg
A 10 km de l'arrivée, le programmateur se positionne en mode "marche" . 
Un grand Barraqué, physique Ironman me dépasse avec une petite foulée de mer-- (comme un de chez nous), mais le bougre ne marche pas. 
Je tente de prendre la même foulée que lui, mais impossible, je cours 100 mètres, je marche, j'avance, et on avance de concert ou là plutôt de "cancer". 
Enfin le collier noir, le sésame vers le paradis après l'enfer. 
ô Rage ô Désespoir, ô.... 
Coup de Théatre une Olive Rose qui me dépasse," accroche toi Alain !" Oui mais ou ça ? 
Je ne le vois déjà plus, que voici Christian à son tour tout frais, on dirait qu'il vient de sortir de la salle d'eau, rasé de prêt, un Patrice de l'iron. 
Arrive enfin la plage du Sillon et là une 1ére expérience : Commander les jambes avec les muscles de son cerveau. Je l'ai fait, c'est possible !!! Je m'engueule, "tu ne t'arrête pas jusqu'à l'arrivée!!! 
" Horrible, à chaque foulée, c'est une bagarre constante, mais l'arrivée n'est pas loin. 
Je sens la main de Jérémy qui me dépasse, et voici l'arrivée enfin, je m'accroche à lui pour ne pas tomber... 
Les muscles du cerveau ont laché. 
Les secouristes me prennent en charge, et je pars me faire chouchouter au poste de secours. Une perfusion de calcium et après 1h30 j'ai mon bon de sortie et hop au Resto avec Catherine. 

Je ne m'attendais au final à faire une aussi bonne place, mais bon Dieu, que ce fut dure la dernière heure, toutefois c'est dans l'adversité que l'on progresse. 
Bravo à tous, coureurs, familles, supporters, pour vos encouragements. 
Merci aux entraineurs, aux bénévoles et à ceux qui font qu'il règne dans ce club convivialité et esprit sportif.