Bon je me lance. 
Je ne sais plus exactement quand j'ai décidé de me lancer, mais lors de l'annonce d'un ironman en juin et en plus à St Malo, je me dis que les conditions au niveau logistique familial sont réunis. La décision est prise, il ne reste plus qu'à s'entrainer. Ca fait 2 ans déjà que la charge hebdo d'entrainement dépasse régulièrement les 11h donc je me dis que ca va être jouable. Je décide de suivre la prépa lanzarote 2013. 

Entrainement: 

Cette année exceptionnellement je viens à presque tous les entrainements natation malgré un horaire que je n'aime pas du tout et ca paie je me sens de mieux en mieux dans l'eau. 
Cap à la pause méridienne en alternance piste / Moulin Blanc, je me suis affuté et je sens que ca paie en cap. 
Un soucis malgré tout des soucis gastrique lors de mes séances à rythme soutenu lors du passage en phase recup sur retour. 
Velo des sorties seules le jeudi pour se faire le mental voir le samedi matin et en groupe le dimanche pour faire les bornes. 
Le fait de suivre un programme entraine chez moi une lassitude mentale (manque de plaisir, limite obligation d'y aller) et la météo vent et pluie n'arrange rien. 
Fin avril un pique de fatigue et au mois de mai la météo plus clémente, des sorties avec les collègues de St Malo revigorent pour la fin du planning. 
Tout au long de l'entrainement, j'essaie de suivre les conseils de Dieu et de m'alimenter plus régulièrement chose que je fais très peu en temps normal en vélo et en cap.
Je teste la tri fonction en cap, je suis très à l'aise avec mais un petit soucis pratique par rapport à mes craintes gastriques. 
L'entrainement touche a sa fin, je me sens bien à vélo et espère tenir 2 tours à pied avant de subir la fin de course. 

La course: 
OliveFIDebutVelo.jpg

La dernière semaine, beau temps sur Brest, peu d'entrainement, je me sens serein hâte d'en découdre avec la course mais c'est le calme avant la tempête. 
Jeudi soir début des préparatifs et début du stress à la vue de la météo prévue tant pour nous que surtout pour les familles ça gâcherait la fête. Je me pose 1000 questions sur le choix de la tenue sous la combi, pour le vélo et pour la course à pied. 
Samedi récupération des dossards, on se retrouve avec les autres dauphins, 18h briefing de course après avoir déposé le vélo. 
Départ natation 6h30 il faudra se lever à 4h30. Finalement pas si difficile parce que celà fait un moment que j'ai du mal à dormir après 5h et cette nuit j'ai tout court du mal à dormir. 
5h15 départ avec mon grand et madame direction le parc à vélo, je retrouve les collègues, je sors mes affaires et je vois que l'un de mes 2 bidons c'est à moitié vidé dans mon sac pas grave j'en prendrai Aux ravitos. On n'attend plus que le départ. 
6h je pars gouter l'eau et la bonne surprise le ressenti est très agréable et la température extérieure aussi. J'ai donc décidé de mettre ma trifonction dès le départ de la natation. 
6h50 départ pour 51mn de natation avec une sortie à l'Australienne, sensation super, chose rare pour moi sur la natation, j'essaie de me caler dans les jambes mais je n'aime pas ça, je m'entraine seul en mer et je n'ai pas assez l'habitude de le faire. 
Sortie de l'eau, je croise la famille fier de moi et je ressens ces sensations que vous décriviez dans vos différents récits, la journée commence bien. 
Je retrouve Olivier Bescond dans le parc et le quitte peu de temps après lui. 
Je pars avec une trifonction trempé sous mon maillot de vélo est-ce une erreur? 
Sortie du parc, mon compteur n'affiche rien, je m'arrête, recale l'aimant et repars à bon rythme. 
J'ai décidé de bien rouler les 60 premiers km pour me placer et parce que le parcours y est favorable et ensuite de gérer pour arriver frais au parc à vélo. Chose faite mais malheureusement très difficile d'assimiler ce que je mange sucré, salé, gel rien n'est agréable et j'ai le ventre nauséeux tout au long du parcours. 
OliveFIVelo.jpg
Satisfaction à chaque tour au passage devant la famille et françois la fierté visible dans leur comportement et les très bonne jambe que j'ai malgré mes soucis gastriques me permettent de découvrir à nouveau ces sensations que vous décrivez et qui m'ont donné envie de passer le cap. 
Parc à vélo, on vient de se prendre une averse et ma trifonction est trempé je décide de me changer et de mettre singlet plus maillot manche courte, choix qui s'avérera payant. 
Début de la course à pied, des jambes légères superbes sensations 4'30'' au km. J'ai décidé de m'arrêter boire à tous les ravitos et de prendre un gel tous les 2 ravitos. J'en prends un au premier soit 3eme km toujours de bonnes sensations. 

OliveFICAP.jpg
Entre le 5eme et le 6eme début de la fin je m'arrête me vider une première fois... J'ai oublié les kleenex dans mon sac de transitions... c'est le drame, je fais avec les moyens du bord... je repars 100m plus loin ca reviens de plus bel... 
Je vois alors fred passé je réussi à repartir et suivre son rythme... 7eme km ravito je me vide 100m plus loin et vois fred partir définitivement. Je repars et tiens la cadence sur presque 10km je cours à plus de 12 km/h mais je n'arrive à rien manger et ce que je bois je mets plus de 3mn à l'assimiler. Je cours par accout les jambes sont bonnes mais le ventre non. 
21 eme km je me vide à nouveau et je commence à avoir des vertiges j'ai peur de ne pouvoir continuer je suis déshydraté. 
Je marche plus de 5mn et réussi à repartir. Je me fixe comme objectif de finir et si possible sous les 11h mais la fête est déjà gâchée. Je finis comme je peux et je me demande comment j'ai réussi heureusement qu'aux passages devant la famille je voyais qu'eux étaient fier parce que pour moi se sentiment avait définitivement disparu. Au bout de 10h44 je termine, je passe la ligne mais malheureusement la sensation ressenti en natation et en cap a disparu, je ne suis pas fier, je n'ai pas les larmes aux yeux comme escompté. 
Mes craintes d'avoir des soucis gastriques sur le marathon ont eu raison de ma course... La fête est gachée. 

Une chose positive malgré tout voir la fierté dans les yeux et le comportement d'anne marie et de mes enfants du plus petit au plus grand. 
La préparation club, nous permet vraiment d'arriver au top le jour J.