🥨🇩🇪 CHALLENGE ROTH 2019 🇩🇪🥨
Début de l aventure en Novembre en Martinique, Jeanne parvient à me motiver à tenter de m inscrire à Roth, 8 autres dauphins sont engagés. Je tente ma chance sans trop d espoir et ça marche. En rentrant en métropole j ai roule 4 fois et nage deux fois depuis 5 mois il va falloir s y remettre ! Après une petite période de reaclimatation et de reprise du sport c est le début de la prepa avec des progrès en cap mais le 31 mars, au BrestUrbanTrail, un (petit) drame survient, fracture de fatigue en plein milieu du tibia. On m annonce 6 mois sans course à pied. En même temps Jeanne victime du même problème reprend après environ 2 mois d arrêt total. Je ne perds donc pas totalement espoir et fais beaucoup vélo. Je reprends 3 semaines avant la course après 12 semaines avec quelques petits footings. Ça me tire encore, je ne suis pas du tout sereine, mais j ai envie de courir cet ironman il paraît mythique. Tant pis pour la cap ça sera si c est possible sauve qui peut.

On arrive à Roth le Jeudi matin après un trajet long mais sans encombre. Un Bretzel 🥨 plus tard, on visite l énorme village et on retire nos dossards. La course se précise c est assez effrayant 😱.
Les jours d avant course se passent tranquillement entre siestes, préparation des vélos (merci Xavier PhilippeJeanne Courtois et Stephane Bernard pour le coup de main & les conseils) et dernières petites sorties. Le jeudi nous nageons un peu dans le lac car depuis mardi on craint une natation sans Combi [stress ultime] ça passe mais c est fatiguant !

Le jour J, le réveil sonne à 4h00, il faut se lever & se préparer pour la longue journée qui nous attend. C est Gato sports a gogo, je mange comme d habitude excepté un petit morceau du gâteau de Delphine Bense (il me faut cette recette 😇). Arrivée assez tôt au parc, j en profite pour aller directement aux toilettes (élément notable il y en a par milliers) donc pas d attente inutile, on prépare les vélos et dépose les sacs. Il faut enfiler la Combi assez tôt car il pleut, j attends le départ avec les filles, on rigole, ça fait du bien d être à plusieurs, je croise Antoine Kervazo juste avant le départ. C est l'heure de se mettre à l eau, on est placées toutes les 4 avec Jeanne , Heloise et July Hémar sur la ligne de départ, le départ est lancé, je nage assez tranquillement jusqu'à la moitié du premier tour puis je trouve des pieds qui m emmèneront jusqu'à 2500 m, ça a dû un peu énerver mon poisson pilote, elle s arrête et essaye de me couler 🐵 , oups, je continuerais toute seule jusqu'à la fin, au dernier demi tour il est temps que ça se termine j en ai marre, mais j essaye de m'appliquer pour finir. Je sors en 1h13, 1 minute de plus qu à lanzarote, si on compte l eau douce et ma petite coupure de 5 mois en Martinique ça va je suis satisfaite.

T1 : une bénévole est la pour m'aider mais tous mes ravitos sont éparpillés dans mon sac, je remets tout en place et C est parti pour le vélo.
J ai un souci de compteur, il se met en veille toutes les 10 secondes, pas vraiment pratique, en plus il m annonce une forme à-8 😱 ça ne m est jamais arrivé merci garmin 😅. Je décide de ne pas en tenir rigueur et je me dis que c est à cause de la nat (et tant bien même à l heure qu il est je ne peux plus y faire grand chose !). Au km 2, dans un champ de Bouches d egout le support de mon aero drink se fait la malle et saute dans le public, 😱, je ne m arrête pas ça mettrait trop de temps de le retrouver, j hesite à abandonner ce machin sur le bord de la route mais quand même il est assez pratique, je décide de le tenir avec mon bras dans le prolongateur, je me dis rapidement que c est une mauvaise idée, je dois ralentir à chaque bosse sur la route, je ne peux plus freiner & je vais avoir une crampe de l avant bras, au km 20 je trouve une solution ! Je bricole un truc avec mon élastique à cheveux.
Je bidouille mon compteur dans la montée suivante, tous les problèmes sont résolus ! C'etait pas très grave mais ça m a un peu retardé sur une partie plutôt roulante, le premier tour se passe sans encombre, le parcours est rythmé par les montées, les barbecues & les encouragements des bénévoles. Il y a de longues lignes droites avec du vent mais c est pareil pour tout le monde. Arrive le mythique solarberg, dont Florence Touvron Marquez stephane m avait parlé lors d une sortie vélo quand je venais de commencer le tri (de ces récits qui donnent envie de faire de la LD), C est énorme, on monte un par un dans une ambiance de folie, j ai le smile, je profite.
À la toute fin du premier tour j entends quelqu'un qui m appelle c est July qui me rattrappe! On parle un peu puis elle s éloigne.
Je commence à me sentir un peu dans le mal, je n ai pas mal aux jambes mais ça ressemble à un début d hypo, pourtant j ai bien bu et je n ai sauté aucun ravito. Je décide de passer à un gel toutes les 30 minutes pour tenter d améliorer la situation. Ça s améliore je réussis à un peu ré augmenter mes watts. Je me dis que c"est normal d avoir des coups de moins bien, car même si ça commence à nous paraître ordinaire, ce sont des efforts exceptionnels pour l organisme. C est bientôt la fin, retour au parc, dernier stress de ne pas louper la sortie du parcours ! Fin du vélo en 5h40.

T2 : un bénévole récupère mon vélo, un peu déboussolée je galère à penser que je peux l abandonner. Une autre bénévole m aide à enfiler mes chaussettes et à me préparer, ils sont vraiment trop mignons ici ❤️
C est parti pour la course à pied, c est un peu l inconnu, je ne sais pas si je vais pouvoir finir, si je vais avoir mal ou si je vais juste souffrir du manque d entraînement. 
Contrairement à Lanzarote je n ai pas mal aux jambes, je suis à peu près pas trop fatiguée, y a plus qu à tester. Je me fixe des objectifs tous les 10 kilomètres. 
Les premiers kilomètres passent rapidement, je suis à l écoute des sensations dans mon tibia gauche, ça tire mais ça ne lance pas. Je cours sur une moyenne raisonnable au vu de mon entraînement entre 5'10 et 5'20/kil. Je croise Xavier qui doit bientôt finir la course ! Puis arrivée dans la ligne droite je croise Jeanne et July ça fait plaisir de voir des têtes connues, au km 7 je profite d un endroit propice pour un arrêt pipi, je sais que le marathon va prendre du temps alors autant le faire confortable (en plus mes chaussures sont neuves je ne veux pas les dauber direct 😅). Au demi tour je croise Fred et olliv, je ne sais pas où il en sont mais on s encourage. C est ensuite une longue ligne droite face au vent. Ça commence à devenir difficile pour moi, j ai vraiment mal au ventre, je ne parviens plus à m alimenter depuis le début du marathon (j ai réussi à manger 1/2 gel), je mets en place une stratégie, je rallie les ravitos et interdiction de marcher entre, ça permettra de boire du coca ttttres lentement et de manger un petit morceau de pomme. J avance a 6' puis 6'35, je pense à Jeanne qui dit qu au delà c est de la marche à pied, mais la vraiment je ne peux pas aller plus vite, j espère juste que ça peut s améliorer, sinon ça va être très long. Miracle au bout de la ligne droite ça va un peu mieux, je retrouve un semblant de vitesse, je suis toujours avec Fred Le Lan et Olivier Bolloc'h je vois Raphaël Bd, puis DjéBrisss ! C Est sympa de retrouver les copains du club ! Encore un demi tour et je recroise Heloise qui cavale puis Antoine et Jeanne. On repart ensuite vers le départ, je suis vers le 30e, je croiseJoDrutel, Mathilde et Delphine ! Ils ont l air en forme ça fait plaisir. Pour moi c est vraiment l enfer, je n ai plus de jambes et j ai mal au ventre. Mais je me rappelle de la fin de la transmartinique où j avais vraiment les pieds dans un sale état alors là en comparaison il ne se passe vraiment rien, je n ai qu'à me débrouiller et continuer de courir. 
En arrivant dans la ville je croise Jeanne qui doit être à 2k de l arrivée puis July. La montée du 34e est vraiment un calvaire, au dernier demi tour je dépasse Fred qui marche, on se dit mutuellement que c est trop dur, les 6 ou 7 kilomètres qui me séparent de l arrivée me semblent interminables, la montée sur les pavés est horrible mais il ne reste plus que 3 kilomètres, je n ai même plus la force de taper dans les mains des enfants. Je suis concentrée, j ai tellement hâte d arriver. Je compte les mètres puis c'est l entrée dans l arène avec une ambiance de folie, le speaker dit mon nom, C est fini, je suis Ironman pour la deuxième fois après 11h18 de course ! 
Roth c est vraiment une course magique, l ambiance est dingue et l orga bien rodée, ironman en encore mieux. Vivre le soir l arrivée de jo accompagné des filles suivi du feu d artifice incroyable !
Merci Team Argon 18 France pour l accueil & les bons moments passés durant ce w e ; GIANT BREST LIV Brest pour la préparation du bolide 😍 & à tous les Dauphins de l'Elorn Landerneau Triathlon pour leurs conseils et les multiples sorties de prépa dans des conditions pas toujours au top 💦💦.
Une pensée pour notre copain de club Mathieu décédé brutalement hier 😢.