Duathlon XXL hambourg

Plus d'informations
il y a 2 semaines 3 jours #4489 par christophe_BO
christophe_BO a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
Bravo les gars, du beau boulot!

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 3 jours #4490 par antoine
antoine a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
Pièces jointes :

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 2 jours #4506 par jerome
jerome a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 2 jours #4507 par eric
eric a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
....Enorme....

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 4 heures #4518 par lionel_B
lionel_B a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
Félicitations à vous deux.
Bon il est vrai que se préparer pour un Iron et voir que c'est un duathlon c'est un peu dur.
mais le principal est de finir sur ce genre d'épreuve car pour moi, un duathlon est plus dur qu'un tri
Bonne recup

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 jours 17 heures #4551 par sebastien
sebastien a répondu au sujet : Duathlon XXL hambourg
J'ai pris le temps mais bon c'est les vacances, voici mon CR:

Après ma première belle expérience sur Ironman au Frenchman, je décide cet hiver de repartir sur la distance cette saison.

Je cherche pour mon deuxième, une course dépaysante et avec du monde. Mon choix se porte alors sur Hambourg. Une course pleine de promesses : une grosse ambiance, l’organisation Allemande, une ville magnifique, la natation et la course à pied en plein centre-ville, des températures maximales constatées sur les 5 dernières années autour de 23° (quelle blague !!!). Bref toutes les conditions pour s'éclater et aller chercher une perf. Seule inconnue le parcours vélo alors en refonte.

Le programme Lanzarote 2013 d’Arnaud sera de nouveau mon quotidien pendant 7 mois. Au printemps Antoine m’annonce qu’il vient et qu’on va pouvoir s’entraîner ensemble. Après un hiver pourri, le printemps et le début de l’été clément nous permet de nous préparer dans de très bonnes conditions. La préparation se passera parfaitement bien avec des volumes vélo et course à pied 2 fois supérieurs à l’année passée. Et néanmoins un ras le bol de nager sur les 4 dernières semaines de la prépa…si j’avais su !!!!

Nous prenons nos quartiers à Hambourg le mercredi sous une forte chaleur, très sèche, on est à 32°, bien loin des 23 max prévus. Cela nous laisse 3 jours pour découvrir le terrain de jeu. Le jeudi matin en arrivant au plan d’eau on se dit que ça va être sympa de nager là, mais à y regarder de plus près la couleur de l’eau est tout de même peu engageante. L’après-midi il y a 2 heures de vélo au programme, la tentative de sortie de la ville sera très rapidement avortée, c’est immense et sans connaître c’est impossible. Du coup on se rabat vers un footing nocturne dans un magnifique parc.

Le vendredi matin c’est le choc avec l’annonce de l’annulation de la natation pour cause de prolifération de cyanobactéries. Antoine passé la colère de l’annonce se remobilisera rapidement. Ce ne sera pas mon cas, je pense à ne pas prendre le départ. Quel intérêt ? après 7 mois à préparer un Ironman, apprendre à 2 jours de la course que ce sera un duathlon, quelle claque. Heureusement il me reboost, on va tout envoyer !!!

Le samedi on va au parc installer les vélos et déposer les sacs de transition. Le parc fait 450m de long, Antoine avec son dossard préférentiel est à la sortie, et je suis au milieu, plutôt bien placé. Il y a des vélos de chrono de fou de partout, on a beau être prévenu ça fait un peu peur, surtout en voyant le gabarit des Allemands et des nordiques (entre autres) qui sont là.

Le dimanche matin lever à 3h30 pour le petit dèj, et départ tranquille pour le parc, on est serein le travail a été fait il n’y a pas d’appréhension à avoir. On arrive à 6h20-25 le parc ferme à 6h45, on est large. Et soudain c’est le drame ! Antoine arrive affolé, il ne trouve plus ses chaussures de vélo, il les a gardées sur lui la veille et elles sont restées à l’appart. Il est 6h30, et le logement est à 2.5km, c’est mission impossible. La journée commence mal. Sa tchatche et un Anglais super sympa lui permettront de faire l’aller-retour en scooter dans les temps. En fait la journée commence par un miracle, c’est de bon augure pour la suite, de même que la température relativement clémente au final avec 28° (la seule journée de la semaine sous les 32°)

En lieu et place de la natation, on nous propose 6km de course à pied. Au briefing les organisateurs ont insisté sur le fait de se placer dans un SAS correspondant au temps envisagé puisque le départ se fait en rolling-start. On se rend rapidement compte que les gens veulent partir le plus tôt possible, donc on se faufile dans le sas 4 minutes au kilo. La journée va être longue et je décide de partir tranquillement, après 3km Antoine, qui est parti comme une balle, a déjà 2 minutes 30 d’avance. Je termine cet « échauffement » en 28.14, un peu plus vite que ce que j’avais prévu mais les jambes sont là. La transition est rapide, il faut juste traverser le parc en attrapant le casque et le vélo.

Le parcours vélo est finalement plus roulant que l'année précédente, avec 2 boucles de 90km le long de l’Elbe et 200m de D+. Je rattrape rapidement quelques personnes, mais comme prévu les avions ont décollé et c’est le défilé sur ma gauche. Bonne surprise cependant c’est fluide et ça draft peu. Même si au 20ème km une escadrille de 10 mecs et 5 femmes disparaissent au loin aussi vite qu’ils ont surgi. Les machines à rouler et leurs roues lenticulaires vrombissantes défilent. Il y a du grand, du costaud, du puissant, je vais perdre 225 places au cours des 40 premiers kilomètres, et pourtant je roule à 34.5km/h de moyenne. Les jambes piquent et la question se pose, est ce que je ne suis pas parti trop vite ? On se croise au demi-tour avec Antoine il a maintenant 6 minutes d’avances. Au bout de 70km le pédalage est fluide, les jambes vont mieux, je commence à reprendre ceux qui sont partis trop vite. Le premier tour est bouclé en 2h33 à presque 35 de moyenne, j’hallucine un peu mais sans avoir l’impression d’en mettre trop. Au début du 2ème tour mauvaise surprise, le vent s’est levé, et il se présente de face. L’aller va être long, la moyenne baisse, mais avec une dent en plus, reste bonne. Les sensations sur le retour sont fabuleuses. Finir les 180km de vélo d’un Ironman en ayant l’impression de voler, c’est génial. Et quel plaisir de ramasser des mecs immenses sur des vélos de fou!!!! le vélo se termine en 5h13, un peu plus de 34 de moyenne, en perdant « seulement » 150 places. Un temps inespéré, je visais 5h30 pour faire mieux que l’année dernière. Et je n’aurais jamais imaginé pouvoir tenir cette vitesse. Le parcours vélo paraîtra sans doute trop plat et monotone à certains, mais je l’ai trouvé magnifique, dans la verte campagne Hambourgeoise au bord de l’Elbe.

La deuxième transition est avalée en 4 minutes, pause toilette incluse, et c’est parti pour le marathon. C’est à moi de partir en chasse maintenant, chacun son tour !!!

Le parcours de course à pied consiste en 4 boucles de 10.5km dans les parcs du centre de la ville. Je pars au feeling, au bout de 2 km je suis à 5’ au kilo, plus vite que mon allure cible, mais la forme est là, alors tant pis, je décide de tenter le coup. On se croise avec Antoine pour la première fois depuis plusieurs heures, il a un peu plus de 2km d’avance. Le premier tour se passe vraiment bien, je commence à reprendre du monde, il y a beaucoup de public et une belle ambiance sur presque tout le parcours. Je continue à un rythme très régulier, on se recroise presque au même endroit avec Antoine, il ne m'a mis que 50m, et je prends ça comme un encouragement. Je passe au semi en 1h45'50 et l'ambiance dans les rues est vraiment géniale. Peu de temps après le début du 3ème tour ça commence à aller moins bien, je me sens plus faible, l'allure baisse, et je commence à envisager de marcher. C'est la cartouche !!!! J'ai pris des gommes depuis le début de la coure à pied, mais j'ai du me tromper dans mon alimentation. Au ravitaillement suivant changement de protocole, une éponge sur la tête, 2 verres d'eau, un morceau de banane, un tuc et de nouveau un verre d'eau pour faire passer. Après 2 ravitaillements avec ce régime, les forces reviennent. C'était certainement un début d'hypo. Il a été corrigé à temps. Je cours de nouveau à 12km/h mais en prenant pas mal de temps aux ravitos. Le retour du 3ème tour est vraiment difficile. Mais dès le début du 4ème ça repart bien, c'est le dernier, il faut tout donner. J'ai débranché le cerveau depuis un moment déjà, là je le dépose carrément. Ça explose de partout, j'ai l'impression de voler à coté des autres. Les ravitaillements se font plus rapidement, on se croise une dernière fois avec Antoine, j'ai repris 100m depuis le début, on fait le même marathon tous les 2. Au moment de la prise du dernier chouchou j'aurais le droit à des applaudissements nourris et des encouragements chaleureux de la part des bénévoles. Ça me galvanise, un coup d’œil à la montre pour voir 4,40 au kilo, c'est enivrant de finir comme ça les 2 derniers kilomètres du marathon. La ligne droite d'arrivée est vide et les 2 speakers me lancent « you are an Ironman » (pas tout à fait mais bon...), je sers les poings et lève les bras, la course a été longue et difficile, je suis heureux d'être arrivé au bout, et je prend la médaille avec satisfaction.

Antoine m'attend derrière la zone d'arrivée, il a franchi la ligne 8 minutes plus tôt. On se fait un check rageur avant d'aller confier nos jambes aux mains expertes des kinés Allemandes !!!! Après l'effort le réconfort.

Au final les 228 kilomètres de course ont fait passer la déception de l'annulation de la natation. Le chrono (9h28m23s) est génial, et j'ai pris mon pied tout au long de la journée.

Petit bilan de cette course :

-Le plan d'Arnaud est génial et en le suivant scrupuleusement j'ai pu prendre énormément de plaisir cette année encore et réaliser une performance au-delà de mes espérances

-On le constate sur la plupart des courses, c'est tout aussi vrai sur du très long les gens partent très vite !!! Avec un 6km couru en 4'40 au kilo le matin j'ai le 721ème temps sur 2200 partants, tout juste dans le premier tiers du peloton, alors que l'après midi sur le marathon le 292ème temps.

-On m'avait prévenu les Allemands sont monstrueux en vélo, 722ème temps avec 34,1 km/h de moyenne

-Les transitions permettent de gagner pas mal de places, 211 en l’occurrence

-Hambourg est une ville magnifique, les parcours vélo et course à pied aussi, l'organisation top et l'ambiance fabuleuse

-On s'est bien marré avec Antoine et j'ai adoré partager cette aventure avec lui

-J'adore cette épreuve, vivement le prochain !!!!

Connexion pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.182 secondes