Le Télégramme - 19 Juin 2018

 

Beau triathlon pour les féminines des Dauphins de l’Elorn, Marion Kérandel, Jeanne et Julia Courtois qui terminent, dimanche, médaillées de bronze à Plouay (56). Le club landernéen se prépare maintenant pour l’organisation, le 1er juillet, de son épreuve Tribreizh au lac du Drennec à Sizun. Le départ se fera à 9 h 30 pour 2,5 km de natation, 83 km de vélo comprenant deux boucles sur les routes des monts d’Arrée et 21 km de course à pied dont trois tours sur les sentiers autour du lac. Déjà 300 participants d’inscrits dont les spécialistes régionaux Arnaud Guilloux, Colin Arros, Thomas Gazzera, Stéphane Mettier et chez les filles, Nolwenn Daniel et Jeanne Courtois.

(Photo : Florence Touvron)

Lien vers l'article

Reconnues dans le monde de la voile, Jeanne et Julia Courtois se sont lancées dans le triathlon.

Les jumelles Courtois ont le vent en poupe. Julia, deuxième du Brest Urban Trail et Julia, également seconde du Challenge des Abers lors du trail de l'Aber-Wrac'h, commencent doucement à se faire connaître dans le Landerneau (Finistère) de la course à pied.

Une seconde vie sportive, alors qu'elles ont à peine 26 ans et qu'elles viennent de passer près de 20 ans sur les plans d'eaux et les océans. « Nous avons commencé l'optimiste à 7 ans, se souvient Jeanne. Mais en duo, c'est plus sympa donc nous sommes rapidement passées en 420. »

Après avoir été jusqu'aux World Tour en Match Racing, les jumelles ont pris, cet hiver, la décision de tenter l'aventure du triathlon au sein des Dauphins de l'Elorn. « Je faisais déjà du vélo pour ma prépa physique voile et Julia m'a motivé à courir pour préparer le marathon de Paris 2016, explique Jeanne. C'est vraiment comme ça que l'envie de faire du tri est venue. »

« Prendre du plaisir »

« C'est un sport où la lassitude n'existe pas, poursuit Julia. Il y a aussi l'avantage de pouvoir s'entraîner lorsqu'on le souhaite après le travail. Mis à part la natation où là il y a des horaires à respecter. Le club de Landerneau est également une source de motivation pour nous car l'ambiance y est excellente. Tout le monde se motive, se conseille, ça donne vraiment envie de s'entraîner et de porter le plus haut possible notre beau maillot rose (rires). »

Une motivation qui fera le tour de la Bretagne et même plus, car pour leur première année de compétition, les jumelles ont décidé de cibler plusieurs belles épreuves du calendrier. « Cette saison, on y va pour découvrir, prendre du plaisir. Ensuite, s'il y a des bons résultats au bout, ce sera tout bonus », reconnaît Jeanne.

Et cette dernière d'ajouter : « Il y a le championnat de Bretagne de triathlon par équipes à Plouay (18 juin), que nous avons hâte de découvrir tellement on nous en parle. Le triathlon de Plouescat (6 août) qui est, semble-t-il, le championnat du monde des Dauphins de l'Elorn. Puis cet Iron Man 70.3 (half Iron Man) de Vichy (26 août) qui sera notre objectif de la saison. »

Sans oublier le championnat de Bretagne de duathlon par équipes, lundi 17 avril à Lampaul-Guimiliau, où elles pourraient, associées à Marie Protat et Marion Roucher, décrocher un premier podium régional et rentrer avec fracas dans le monde du triathlon breton.

 

Reconnues dans le monde de la voile, Jeanne et Julia Courtois se sont lancées dans le triathlon.

Les jumelles Courtois ont le vent en poupe. Julia, deuxième du Brest Urban Trail et Julia, également seconde du Challenge des Abers lors du trail de l'Aber-Wrac'h, commencent doucement à se faire connaître dans le Landerneau (Finistère) de la course à pied.

Une seconde vie sportive, alors qu'elles ont à peine 26 ans et qu'elles viennent de passer près de 20 ans sur les plans d'eaux et les océans. « Nous avons commencé l'optimiste à 7 ans, se souvient Jeanne. Mais en duo, c'est plus sympa donc nous sommes rapidement passées en 420. »

Après avoir été jusqu'aux World Tour en Match Racing, les jumelles ont pris, cet hiver, la décision de tenter l'aventure du triathlon au sein des Dauphins de l'Elorn. « Je faisais déjà du vélo pour ma prépa physique voile et Julia m'a motivé à courir pour préparer le marathon de Paris 2016, explique Jeanne. C'est vraiment comme ça que l'envie de faire du tri est venue. »

« Prendre du plaisir »

« C'est un sport où la lassitude n'existe pas, poursuit Julia. Il y a aussi l'avantage de pouvoir s'entraîner lorsqu'on le souhaite après le travail. Mis à part la natation où là il y a des horaires à respecter. Le club de Landerneau est également une source de motivation pour nous car l'ambiance y est excellente. Tout le monde se motive, se conseille, ça donne vraiment envie de s'entraîner et de porter le plus haut possible notre beau maillot rose (rires). »

Une motivation qui fera le tour de la Bretagne et même plus, car pour leur première année de compétition, les jumelles ont décidé de cibler plusieurs belles épreuves du calendrier. « Cette saison, on y va pour découvrir, prendre du plaisir. Ensuite, s'il y a des bons résultats au bout, ce sera tout bonus », reconnaît Jeanne.

Et cette dernière d'ajouter : « Il y a le championnat de Bretagne de triathlon par équipes à Plouay (18 juin), que nous avons hâte de découvrir tellement on nous en parle. Le triathlon de Plouescat (6 août) qui est, semble-t-il, le championnat du monde des Dauphins de l'Elorn. Puis cet Iron Man 70.3 (half Iron Man) de Vichy (26 août) qui sera notre objectif de la saison. »

Sans oublier le championnat de Bretagne de duathlon par équipes, lundi 17 avril à Lampaul-Guimiliau, où elles pourraient, associées à Marie Protat et Marion Roucher, décrocher un premier podium régional et rentrer avec fracas dans le monde du triathlon breton.