Copenhague 2021

Plus d'informations
il y a 1 mois 3 semaines #12112 par sebastien
Réponse de sebastien sur le sujet Copenhague 2021
Merci à tous pour le suivi et les encouragements, CR à suivre dans qq jours. A bientôt sur le vélo.

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 mois 3 semaines #12113 par jerome
Réponse de jerome sur le sujet Copenhague 2021
J'arrête pas de le répéter mais c'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui.

IL aurait fallu un peu plus de fraicheur pour faire Sub 12 à Copenhague car les planètes étaient alignées (soleil, température idéale, pas trop de vent).
Mais je me fais rattraper un peu par la patrouille au dernier tour. Dommage mais pas de regret. Il faut toujours être satisfait quand on a fait le max.

Parcours roulant où tu peux envoyer grave si le vent n'est pas trop fort (je reste sur la plaque pendant tout). J'imagine que si on avait envoyé une expédition de roses cette année, les records perso sur IM seraient tombés.
Mais quel plaisir de dépasser de golgoth d'1m90 sur des avions de chasses avec lenticulaire scotché sur la fin du parcours vélo ^_^

Merci en tout cas pour les encouragements.

Promis le CR ne tardera pas trop

A bientôt les amis

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 mois 3 semaines #12114 par lionel_L
Réponse de lionel_L sur le sujet Copenhague 2021
Bravo aux 2 double ironmens, c'est très fort ce que vous avez fait !
Un grand bravo également à Mathilde et Pierre, une jolie course en famille, la finish line a du être belle !

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 semaines 21 heures - il y a 3 semaines 21 heures #12244 par jerome
Réponse de jerome sur le sujet Copenhague 2021
Donc Direction Kobenvahn en dialecte local : 1600 km en deux temps. Arrivés sur site, l’objectif est clairement de récupérer le plus vite possible de Embrun. Sebi va faire la course il est motivé comme jamais. De mon côté, je tergiverse un peu : je me dis d’abord que je vais récupérer la dotation et qu’on verra. Au fil des jours les jambes sont de moins en moins lourdes et le vendredi après une petite sortie vélo. Je me dis que je tente le coup. Alea jacta est. Petite anecdote sympa : lors de la récupération des dossards, je tombe sur Cyril Julian, ancien basketteur pro et vice-champion olympique avec l’équipe de France de basket aux JO de Sydney. Je tape la discute avec lui rapidement (je ne veux pas faire ma groupie non mais) mais j’apprends que ce sera son premier IM.

Et bim on se retrouve le dimanche matin à se préparer pour un second full distance en une semaine… Les mêmes questions se posent : la bouffe, la boisson, je mets quelle tenue, bla bla bla….. On est dans la deuxième vague de départ les bonnets bleus (1h04 -1h08). On est optimiste c’est bien. L’organisation est top comme à chaque fois sur labellisé. Je pars 5 secondes devant Sebi et tout de suite, les bras répondent vraiment bien. Je regarde mes temps aux 500 comme à Embrun et j’ai la sensation d’aller un poil plus vite. Pendant toute la partie natation, je verrais le fond tellement il y a peu de profondeur. A mi-parcours, on touchait le sol avec la main. Mais pas grave la natation passe vite. Bilan 1h04 et 30 secondes. Je sors de l’eau frais en me disant que les signaux sont plutôt bons. Comme d’habitude une transition éclair (joke inside), et hop on enfourche le vélo, qui sera le même que Embrun. Je n’avais pas envie de me trimballer deux vélos sur 2 semaines. Encore une fois, le corps réagit très correctement. Je me fais dépasser par quelques missiles mais j’arrive à en doubler aussi. Une fois sortie de la ville, on se retrouve sur la côte pendant quasiment 30km. Peu de vent, du soleil, 22°C… Les conditions sont top. Je me sens bien et je suis serein. Tellement cool que je ne regarde pas trop le compteur. Bilan : la première heure est avalée à 35 de moyenne. Bon je me dis que ça doit être un faux-plat descendant. Je continue (parce que c’est quand même grisant). Au bout de 2h de course, j’en suis à 34,7 de moyenne. Là je commence à me dire qu’il reste encore pas mal de chemin (sans compter le marathon) et je lève le pied un peu. Bien m’en a pris, le retour de la boucle est plus casse patte. Je boucle donc mon premier tour avec une belle moyenne et un physique par trop entamé. Nickel. Pas de Sebi dans le rétroviseur toujours. Bizarre il a dû rester prendre le thé. Mais je ne m’inquiète pas je sais qu’il va me rattraper. Ce sera au 110km environ. Il arrive à mon niveau et me demande tout de suite si je ne suis pas trop crevé. Je comprends que pour lui c’est un peu le cas. Son dépassement coïncide chez avec une période de vraie lassitude. Mais mentale surtout. Je lui  réponds que je suis un peu lassé du vélo, que je tiens de moins en moins sur les prolongateurs, mais que dans l’ensemble ça va. Lui de son côté me dit qu’il n’est pas au mieux et qu’il a envie de dormir. On s’encourage et il continue son chemin. Je le garde en visuel pendant 20 minutes jusqu’à attaquer la partie retour. Alors que je venais de le perdre de vue, je retombe sur lui en train de satisfaire un besoin naturel sur le bas-côté. Je lui envoie le traditionnel « t’es qu’un tacaud » agrémenté d’un fuck pour la forme #gratos. Il ne devrait pas tarder à me redépasser. Pourtant, après quelques kilomètres, toujours rien. Soudain, je le vois se mettre à mon niveau, en rage contre lui-même en me disant qu’il est complètement débile. Je lui demande pourquoi et il m’explique qu’il est tombé en remontant la fermeture éclair de sa tri-fonction. Mentalement, je valide définitivement le tacaud que je lui ai lancé précédemment. Il gueule, s’énerve et finalement me lâche plus vite que lors de son premier dépassement. Cette chute aura eu au moins le mérite de le réveiller.  La fin du parcours se précise avec le retour sur la ville par une portion de route large ultra monotone. Je regarde la moyenne 32,5km/h. Toujours nickel. Je commence à faire les calculs à la louche : le sub 12h est jouable. Plus que le marathon à passer.

Je me change entièrement pour le marathon et décide de partir sans mon sac banane qui m’encombre plus qu’autre chose à chaque fois. Je me contenterai des ravitos de course. Le parcours urbain est très plat mais avec juste quelques petites bosses sur le port et des portions de pavés qui usent au gré des kilomètres.

Le premier tour se passe bien globalement : les sensations sont toujours pas trop mal. Une pause technique plus tard (le marseillais en profite pour me prendre un tour, il fera une belle course), je fais déjà moins le mariole : l’allure diminue et je commence à avoir mal aux cuisses. 3 km un peu dans le dur. Je retrouve un rythme de course correct entre les ravitos où je marche sur toute leur longueur. Cette stratégie tiendra jusqu’30 kilomètres à peu près. Au fil des kilomètres, je vois l’objectif des 12h se rapprocher. Je sais que cela va être juste. L’ambiance sur le parcours est vraiment géniale : du monde de partout, de la musique pour tous les goûts (pensée émue pour les deux fans de métal qui ont poncé leur titres de Ramstein toute l’après-midi). C’est ultra motivant. Je croise Sebi à quelques reprises qui ne lâche pas l’objectif de revenir sur le marseillais.  Le dernier tour se profil et là, la fatigue accumulée sur la dernière semaine me rattrape de plein fouet. Les parties courues sont de plus en courtes, la foulée est digne de Pascal actuellement (Tu seras l’année prochaine Gros je mets une pièce sur toi à Thoune). Ayant un souci avec mon chrono sur le vélo, je suis un peu perdu dans le temps global. Je pense arriver après 12h08 de course donc l’objectif de faire Sub 12h est cuit pour moi. Je finis donc sans chercher à me mettre la gueule de travers. Je croise aussi Cyril Julian qui entame son troisième tour. Je l’encourage mais il n’est pas au mieux. C’est rassurant je me dis que je ne suis pas le seul tocard en Càp. Malgré une allure pas géniale, j’aurai aussi joué au chat et à la souris avec un autre des Vikings présents. Ça aussi ça motive bien (mais il m’a niqué L ). J’aborde donc les derniers virages en me disant que j’ai fait le max mais que le sub 12h est loin. Sauf que quand j’arrive sur le tapis, je vois 12h02….. Je fais l’avion avec mes bras comme un blaireau tout en me disant que si je m’étais sorti un peu les doigts, je passais en dessous. Et j’entendais déjà Sebi dire :  « Ah ben tu vois : Si tu bossais un peu plus tes transitions, tu les aurais eu les 12h » AAAAAAAAAAARGH. Je franchis la ligne satisfait malgré tout car je pense que je n’avais plus de jus dans les jambes donc zéro regret.

Je reçois ma médaille et mon tee-shirt vert marron dégueu quand je vois Sebi qui m’attends. Il chiale le con. Heu ho d’habitude c’est moi la pleureuse. C’est quoi ce bordel ? On se félicite, on se tape dans les mains. Le job a été fait et plutôt bien ! On débriefe rapidement avec une française et son copain suédois avec notre ravito vegan (sic). Notre compatriote fera une petite syncope des familles (« faut manger plus jeune fille regarde moi! Jamais d’hypo ») et on jouera les pompiers de services. Le retour à l’appart sera long, on en a pleins les bottes. Un gros burger (à défaut de kebab) viendra achever cette formidable journée qui s’est super bien passé.

Forcément, après un défi comme cela, il faut prendre du recul et faire un petit bilan : donc oui faire deux IM en une semaine c’est jouable (avec le plus dur au début quand même, l’inverse ma parait pour le coup pas la même limonade). Mais à chaque fois après mes IM, je le répète : il faut le faire avec des copains c’est tellement génial ! Ce sont des moments que j’adore : partage, grosse poilade, des petits coups de gueule aussi (Sebi j’ai dû être chiant par moment plates excuses), des entrainements débiles mais qui font plaisir, des sorties de vélo débiles mais qui font plaisir… Bref il n’y a pas grand-chose à jeter sur ces prépas.

Je tiens à remercier  tous ceux qui sont venus s’entrainer avec moi  (Sebi, Raph et Oliv forcément et les gars de à bloc #coeuraveclesdoigts, Gégé (prochaine fois tu te démerdes mais tu le fais), Nico pareil, Alain (qui égale son record sur semi avec moi sur une sortie d’entrainement et remember le GR34), Emilie pour les quelques sorties vélo pépouzes parce qu’il faut aussi en faire, mes U13F pour les nombreuses séances de PPG du mercredi pendant le confinement… Merci aussi à tous les roses qui de près ou de loin ont envoyé des ondes positives sur ces deux courses. Bref. Vivement une nouvelle aventure ! 2022 ? 2023 ? On verra ! Après tout , ce ne sont que des chiffres!!
Dernière édition: il y a 3 semaines 21 heures par jerome.

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 semaines 6 heures #12246 par xavier_S
Réponse de xavier_S sur le sujet Copenhague 2021
Bravo Djé !!!! Quel gros défi que vous avez accomplis , et d'une belle manière en plus !!
2022 ?? ben viens avec nous en Suisse, vu que tu as déjà mis une pièce sur le gros , j'essaierai d'être entre toi et lui ;-) ou te faire perdre ta pièce mdr !! défi lancé, défi relevé ???

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 6 jours #12249 par david
Réponse de david sur le sujet Copenhague 2021
Bravo encore Judge, vous êtes quand même de sacrés déglinguos !

Connexion pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.148 secondes